On l’a é(chape)é belle !!

12

Publié par Alex | Classé dans construction, suivi chantier | Publié le 16-08-2011

Mots-clefs :, ,

Pratiquement tout le rez-de-chaussée sera carrelé, seules les deux chambres des enfants auront un sol différent (véritable linoléum). Une chape devait donc être coulée sur toute cette partie, après la pose d’un isolant.

L’étude thermique prévoyait 80 mm de panneau polyuréthane, ce qui correspond à un R de 3,45, en rainuré-bouveté. Dans cette espace on pouvait faire passer les gaines de VMC amenant l’air neuf aux pièces du bas.

Tout était programmé : pose de l’isolant mercredi et jeudi, incorporation des gaines le jeudi et coulage de la chape le vendredi matin.

Je dis « était » car tout ne s’est pas vraiment passé comme prévu. En effet, en passant le mercredi midi pour vérifier que la pose de l’isolant avait commencé je me suis aperçu que l’isolant qui était posé n’était pas le bon! Il n’était pas rainuré-bouveté et, plus grave, ce n’était pas du polyuréthane mais du polystyrène extrudé, ce qui change tout pour la performance thermique (2,2 au lieu des 3,45 prévus). Après un coup de fil à l’archi, le chantier est stoppé. Réunion de crise le lendemain matin : le maçon affirmait que son fournisseur lui avait assuré que le produit correspondait à ce que l’on demandait (« un isolant c’est un isolant », « c’est plus isolant que ce que l’on met d’habitude »…) et on essayait d’expliquer qu’il fallait avoir un R de 3,45 pour pouvoir atteindre les exigences du label et, tout simplement, avoir la maison que je voulais.

Il fallait donc changer l’isolant mais on avait un sérieux problème de timing le chapiste partant en vacances le vendredi soir pour 3 semaines !

La mission impossible, qu’il fallait accepter!, était :

  • trouver le bon isolant chez un fournisseur qui avait les 90 m² en stock et le rapatrier sur le chantier dans la journée
  • poser l’isolant et les gaines en une journée au lieu des deux prévues
  • couler la chape le vendredi après-midi, le chapiste ayant gentiment accepté de décaler son intervention juste avant de partir en vacances

Le maçon n’ayant aucune solution pour obtenir le bon isolant c’est Mr Gervaise (H&B) qui a été très efficace et qui a pu nous trouver le produit nécessaire. Le maçon est parti le chercher entre midi et deux (c’était assez loin) et tout le monde (maçon, plombier et H&B pour la vmc) a travaillé tard (pratiquement 20h) pour tenir les délais.

Le jeudi soir tout était pratiquement terminé, ouf! Merci à tous les intervenants d’avoir fait le nécessaire.

.

Comme dans les plafonds, il y a beaucoup de choses à faire passer dans une faible épaisseur. Surtout au niveau du local technique/buanderie où l’on trouve la vmc et les nourrices.

.

Le vendredi midi tout était donc prêt pour couler la chape liquide et j’étais content de voir le résultat deux jours plus tard (le temps du séchage).

.

Le seul problème décelé était la remonté de quelques points de mousse polyuréthane qui avait été injectée quelques minutes avant le coulage et qui avait continuer de gonfler après. Cela a formé une demi douzaine de petites boules en surface. A part ça tout à l’air en ordre, la chape est bien plane (ce qui nous facilitera la pose du carrelage) et il faut maintenant attendre le séchage en espérant de pas avoir de mauvaise surprise tout s’étant fait dans l’urgence. D’après le chapiste le ponçage n’est pas nécessaire (pas de laitance à enlever) et le séchage devrait prendre 3 à 4 semaines ce qui tombe juste pour que tout soit prêt pour la pose de la cuisine début septembre. En attendant le plaquiste continue à l’étage…

Related posts

Commentaire(s) (12)

Comme tu le dis, vous l’avez échappé belle… D’où la nécessité de passer régulièrement sur le chantier et que chaque intervenant soit bien au courant de ce que tu veux.

Ne crains tu pas que les gaines de VMC créent des points de faiblesses dans l’isolation?

++

Salut.

Ouille ouille ouille, on a eu exactement le même problème ! La différence, c’est que nous c’était sous hérisson (pas d’isolant sous chape), mais on dirait bien que nous avons le même isolant si je me fie à la couleur.

Le pire, c’est qu’ils nous disaient aussi : « c’est ce qu’on met d’habitude », « de toutes façons c’est hors DTU » (notre cas), blablabla, tout ce qu’il faut pour ne pas avoir à changer l’isolant qui est évidemment bien moins cher que celui prévu à l’origine !

Comme Alain le dit, ne crains-tu pas d’avoir des faiblesses dans l’isolation ou de perdre des calories dans l’air qui circule dans la VMC ? J’aurais peur que le rendement de la VMC DF chute drastiquement à cause de ça, mais j’imagine que tu y as pensé.

En ce qui concerne la chape, elle est de quel type, en quelle épaisseur ? Pas de crainte d’avoir des fissures au niveau des conduits ?

Bon courage pour la suite et bravo pour la surveillance du chantier !

(comment change-t-on l’avatar ridicule de ses messages stp ?)

Bonjour à vous 2,

le passage des gaines dans l’isolant n’est pas la solution idéale mais c’est la seule qui a été trouvée.
C’est zhender qui a préconisé de placer les caissons de répartition au plus prêt de la machine. Il parait que cela améliore le rendement mais, du coup, on a à passer une gaine par bouche!
Tout ne passait pas en plafond sans abaisser la hauteur du doublage. C’est pour cela que les gaines rondes ont été remplacées par des plates et qu’il a fallu passer au sol une partie.
Passer sous l’isolant aurait créé d’énormes pertes énergétiques (vide sanitaire non isolé) et un risque de condensation dans les gaines. Sur l’isolant il n’y avait pas assez de place. Il ne restait donc que la solution de passer dans l’isolant.
Il n’y que 5 gaines donc je pense que l’épaisseur d’isolant perdue n’a pas une grosse influence sur la performance; En plus, 2 des gaines passent par les chambres qui auront un sol en bois et près de 14 cm d’isolant au sol. En plus ce sont toutes des arrivées d’air neuf, donc déjà réchauffé par le PC et la vmc.
Les gaines sont complètement encastrées dans l’isolant (cela ne se voit pas sur les photos) car prises en sandwich entre 2 plaques, la chape n’a pas été coulée directement sur les gaines, donc pas de risque de fissuration et la perte de rendement de la vmc devrait être minime.
Il n’y a qu’une zone à risque au niveau de la buanderie avec le passage des tuyaux d’eau, mais pour l’instant pas de fissure.
La chape est fluide (anhydrite) donc autonivelante. Par contre, avec toutes ces histoires, elle est bien moins épaisse que prévue. Elle fait entre 4 et 4.5 cm (le minimum acceptable est 3.5 cm je crois). Au début du projet il était prévu une dalle béton de 10 cmm. L’inertie en prend un coup.
Il faudra faire avec sinon on perdait facilement un mois.

Pour les avatar je ne sais pas. Alain peut nous donner le truc ;)

Dommage en effet pour ton inertie. Tu vas gagner par contre en réactivité, comme le disait So de Kerbiloute, tout dépend de la façon dont tu vis dans ta maison.

Pour remplacer l’avatar il faut créer un compte chez gravatar: http://fr.gravatar.com/ et ensuite il s’occupe de tout ;)

Effectivement. Le problème avec l’inertie c’est qu’elle n’est pas quantifiable, du moins son effet sur le confort (aucun modèle de calcul n’en tient compte d’après mon archi), donc difficile de savoir qu’elle masse il faut pour la maison.
Mais de la masse j’en aurait quand même : en plus du fermacell et de ses 50kg par plaque (sachant que j’ai des murs avec double plaque pour l’isolation phonique) il y a les 30 m2 du mur de parpaing recouverts de 7 à 800 kilos de terre crue.
J’espère que ce sera suffisant car on a quand même de grosses amplitudes thermiques quotidiennes ici.

Merci pour l’astuce gravatar

OK je vois, j’espère donc que tout fonctionnera bien comme prévu. ;)

En ce qui me concerne je vais faire attention à laisser les conduits de VMC accessibles au cas où il faudrait les nettoyer un jour (ça peut être dans 10 ou 20 ans, voire plus). Ceci dit, sachant que la VMC a des filtres, c’est surtout pour le réseau d’extraction que ça vaut.

Pour l’inertie, chez nous on a choisi d’en mettre pas mal au sol et avec le mur de refend en béton banché, ça a l’air assez efficace malgré l’absence de ventilation et de pergola cet été. On verra quand toute la maison sera opérationnelle. ;)

Pour le nettoyage des gaines on aura, en plus des filtres, des trappes d’accès aux caissons répartiteurs afin de pouvoir aspirer. Mais vu le traitement de l’intérieur des gaines, pas grand chose ne devrait adhérer aux parois.

Bonjour Alex et Stéphanie, je viens de découvrir votre blog !!! Félicitations !!! C’est une grande aventure qui ne manque pas de rebondissements ! La maison est vraiment superbe ! Quel boulot ! Encore bravo et bises à tous les 4. Sophie (cousine de Stéphanie)

Merci beaucoup Sosso. ça du boulot il y en a encore, mais ça sent la fin et du coup on est bien motivé! J’ai juste de la peinture partout.
Bises à vous tous aussi. Steph

Salut Alex,

pas de nouvelles sur le blog depuis un bout de temps, j’espère que tout va bien sur ton chantier.

Bon courage pour la peinture, c’est vraiment la fin, mais c’est pas la partie la plus drôle.

Salut,
Pas d’inquiétude, ça va mais le blog est en pause par manque de temps car c’est à notre tour de travailler et il faut essayer de rattraper le retard.
Pour la peinture c’est vrai que c’est galère, on a déjà déclaré forfait pour les plafonds (trop dur et trop long).
Promis, bientôt des nouvelles ;)

Ecrire un commentaire