Mur de terre crue

0

Publié par Alex | Classé dans finitions | Publié le 27-09-2011

Mots-clefs :, ,

Le mur courbe qui supportera l’escalier est le seul mur maçonné de la maison. Son rôle est d’apporter de l’ au bâtiment. Initialement il était prévu en béton banché pour un maximum de masse mais nous avons du y renoncer pour des raisons budgétaires. Les parpaings étant creux, le revêtement intérieur du mur devait donc apporter un complément d’. C’est d’autant plus intéressant que le poêle sera situé juste devant ce mur.

La terre crue, de part ses qualités, apparait être le revêtement idéal. En effet, c’est un matériau qui :

  • est très sain : uniquement de l’argile, du sable et de l’eau
  • permet de lisser la température intérieur par son (> 1 tonne au m³)
  • régule l’hygrométrie grâce à son pouvoir d’absorption
  • est un bon isolant phonique
  • absorbe les odeurs

J’ai, dans un premier temps, envisagé de doubler le mur par des briques de terre crue (). Mais la courbe rendait la réalisation trop compliquée. je me suis donc rabattu sur l’enduit de terre.

Pour faciliter les choses j’ai acheté un mélange tout prêt chez la société Barthe : la terre tolosane

D’après les données du fournisseur et la surface de notre mur nous nous sommes fait livré un big bag d’ une tonne qui nous permettait de réaliser un enduit de 1,5 à 2 cm d’épaisseur.

Pour la réalisation, la première étape a été de fixer des tasseaux au mur pour réaliser une courbe régulière. En raison  du rayon de courbure il a fallu trouver une alternative au bois et c’est Mr Gervaise (H&B) qui a eu la bonne idée d’utiliser des baguettes d’agepan (fibre de bois). En plus, il a eu la gentillesse de nous les faire découper, il ne restait plus qu’à les fixer afin de délimiter des bandes sur lesquelles s’appuierait la règle de lissage lors de la finition.

La préparation du mélange de terre est très simple : environ 1 volume d’eau pour 5 volumes de terre à mélanger. On peut mélanger à la main, pas besoin de protection comme avec la chaux. L’application se fait à la truelle sur un mur humidifié (la veille et juste avant l’application).

Évidemment le fait de devoir enduire un mur de plus de 5 mètres de hauteur a un peu compliqué les choses. Encore une fois, merci à H&B de nous avoir fourni un échafaudage roulant (qui nous servira également pour les peintures). La première couche d’un peu moins d’ 1 cm a été posée en partant du haut.

Nous avons eu des problèmes de fissuration au séchage, peut-être en raison des températures caniculaires de cette semaine (entre 35 et 40°). Nous avons bien tenté de les rattraper en remouillant la terre mais elles revenaient au séchage. Par contre, aucune conséquence sur l’ accroche de l’enduit. On a donc continué avec la deuxième couche de la même manière en se calant sur l’épaisseur de l’agépan. Puis, au fur et à mesure, l’excédent d’épaisseur était raclé avec une règle de maçon. Une fois toutes les bandes réalisées, les tasseaux d’agépan ont été retirés et les vides comblés.

.

.

Après avoir laisser sécher le mur 3 à 4 semaines, j’ai repassé l’ensemble à l’éponge pour effacer les fissures et, si le résultat n’est pas parfait car les jonctions des bandes et les plus grosses fissures restent visibles, le mur nous plait beaucoup. L’idéal serait de repasser une couche de finition de 2-3 mm pour tout bien lisser mais je préfère laisser en l’état sur une année pour voir si c’est vraiment nécessaire.

.

.

Un grand merci à Benoit et Papi pour leur aide et leur très bon travail !

Related posts

Ecrire un commentaire